Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 mai 2016 6 28 /05 /mai /2016 14:37

Aedes aegypti est une espèce de moustique qui est le vecteur principal de la dengue, du zika, du chikungunya et de la fièvre jaune.

 

 

Aedes aegypti, ou plus communément "moustique tigre"

 

 

Adieu le Podium : Pourquoi des préoccupations de santé publique concernant la propagation mondiale du virus Zika signifient que les Jeux Olympiques de 2016 ne doivent pas avoir lieu à Rio de Janeiro

 

 

Article d’Amir Attaran, DPhil, LLB, MS. Faculté de médecine et de droit à l’Université d'Ottawa. Source : http://harvardpublichealthreview.org/off-the-podium-why-rios-2016-olympic-games-must-not-proceed/. Traduction : Delphina pour Passion Animale, de l’anglais vers le français.

 

 

Le problème de Zika au Brésil n’est toujours pas réglé. L'épidémie qui a commencé dans le nord-est du pays a atteint Rio de Janeiro, où elle est en plein essor. Des études cliniques sont de plus en plus nombreuses à considérer que l'infection Zika n’est pas seulement associée à une microcéphalie pédiatrique et des dommages au cerveau, mais aussi à des conséquences sur les adultes telles que le syndrome de Guillain-Barré [1] et l'encéphalomyélite aiguë disséminée, qui sont invalidantes et parfois mortelles. [2]

 

 

Autrement dit, l'infection Zika est plus dangereuse, et l'épidémie du Brésil plus étendue, que les scientifiques ne le pensaient il y a peu de temps. Ce qui conduit à une amère vérité: les Jeux Olympiques et Paralympiques de 2016 doivent être reportés, déplacés, ou les deux, comme une concession de précaution. Il y a cinq raisons.

 

 

Tout d'abord, Rio de Janeiro est plus affecté par Zika qu’on ne l’escomptait, ce qui remet en cause les hypothèses antérieures de sécurité devenues obsolètes. Quand en Janvier le Comité international olympique a déclaré Rio «environnement sûr» pour les Jeux, il spéculait, parce que le ministère brésilien de la Santé retardait jusqu'en Février l’obligation de déclarer les cas de Zika et le comptage des cas. [3] [4] Maintenant, avec les données enfin disponibles, la situation ne semble pas si sûre: les cas Zika soupçonnés de Rio de Janeiro sont les plus élevés de tout l’état du Brésil (26.000), et son taux d'incidence est le quatrième pire (157 pour 100.000) [5] Ou dit autrement : selon les données officielles du Brésil, Rio n’est pas en marge de l'épidémie, mais au centre.

 

Beaucoup ont suggéré que Zika suivrait le modèle d'autres maladies transmises par les moustiques durant les mois d’hiver à Rio de Juillet à Septembre. Bien que cela soit probablement vrai, personne ne sait réellement parce que Rio n'a jamais connu un hiver avec Zika avant. Si l'on suppose, raisonnablement que Zika se comportera comme la fièvre de la dengue, car elle est causée par des virus apparentés et transmis par le même aegyptimosquito aedes, alors la transmission de Zika va refluer, mais ne disparaîtra pas dans l'hiver de Rio, tout comme la dengue a fait l’hiver passé.

 

Cependant, personne ne sait comment se déroulera l’hiver, surtout cette année, parce que Rio subit une poussée de maladie surprenante et inexpliquée: dans la ville de à Rio de Janeiro, les cas de dengue au cours du premier trimestre de 2016 sont six fois supérieure à l’année dernière (8.133 cas, contre 1.285 cas). [6] [7] Cette hausse vertigineuse est très inquiétante, car elle coïncide à peu près avec la plus grande mobilisation militaire dans l'histoire du Brésil, visant à intensifier les efforts d’éradication des moustiques. [8] Il semblerait que ces efforts impressionnants ne fonctionnaient pas aussi bien qu'espéré à Rio, et avec la ligne de base à partir de la maladie transmise par l’ Aedes beaucoup plus élevée que l'an dernier, il est loin d'être garanti que le reflux de l'hiver prochain créera un «environnement sûr» pour les jeux.

 

 

Deuxièmement, bien que le virus Zika ait été découvert il y a près de 70 ans, la souche virale qui a récemment atteint le Brésil est clairement nouvelle, différente, et beaucoup plus dangereuse que le"vieux" Zika. Une cartographie phylogénétique montre que ce virus est arrivé au Brésil de la Polynésie française en 2013. [9] Bien que le danger soit passé inaperçu en Polynésie française au début, des analyses rétrospectives montrent maintenant que le risque de microcéphalie a augmenté de 23 à 53 fois. [10]

 

Des études ultérieures du Brésil aujourd'hui soutiennent que la relation est vraiment causale. [11] Par exemple, à Rio de Janeiro - où les Jeux auront lieu - une étude très récente montre que chez les femmes souffrant d'infections Zika confirmées pendant la grossesse, 29% d’entre elles présentaient des anomalies fœtales à l'échographie. [12] en outre, les cas de microcéphalie brésiliens ont une constellation inhabituelle de malformations congénitales plus sévères que la microcéphalie classique et suggèrent une «séquence de perturbation du cerveau du fœtus» dans lequel le développement du cerveau et du crâne se bloque, tandis que d'autres caractéristiques anatomiques, comme la peau du cuir chevelu, continuent de se développer.

 

Les effets sur le système nerveux adulte commencent seulement à être étudiés, mais les résultats préliminaires ne sont pas concluants, et suggèrent que l'exposition au virus est liée à la maladie de Guillain-Barré, ce qui augmente les risques de 60 fois [13] La science ne peut pas encore expliquer ce qui rend cette nouvelle épidémie virale polynésienne/brésilienne exceptionnellement neuropathologique, alors l'hypothèse doit être que si elle se propage à d'autres endroits, elle nuira à la santé humaine également. Si seulement nous savions… Nous ne savons pas, alors la prévention est nécessaire.

 

 

Troisièmement, alors que le Zika brésilien va inévitablement se répandre dans le monde – les virus ont toujours le temps - il n’a besoin de personne pour accélérer sa propagation. [14] En particulier, Zika n’a pas besoin qu’environ 500.000 touristes étrangers affluent dans Rio pour les Jeux, que potentiellement ils s’infectent, et qu’ils reviennent dans leurs foyers en emmenant avec eux les Aedes locaux, et en facilitant la contamination par la transmission sexuelle. [15] [16]

 

Il suffit d’un seul voyageur infecté: en effet des analyses établissent que épidémie cataclysmique du Brésil provient de cas isolés d'introduction virale, probablement entre mai et décembre 2013. Quelques introductions virales de ce genre, dans quelques pays, ou même quelques continents, aboutiraient à une catastrophe sanitaire mondiale à part entière. Les scientifiques peuvent être en désaccord sur l’impact d’une migration massive de 500.000 étrangers sur l’accélération de la propagation mondiale du virus aggravant la pandémie, mais personne ne peut vraiment soutenir qu’elle ralentira ou améliorera la situation.

 

 

Quatrièmement, il faut supposer que si les Jeux accélèrent la propagation de Zika, le travail déjà urgent d'inventer de nouvelles technologies pour l'arrêter devient plus difficile. La recherche de base contre Zika s’améliore rapidement, et avec le temps, les chances augmenteront que les scientifiques puissent développer, tester et prouver la valeur d’un vaccin efficace contre le virus, ou d’un médicament antiviral, ou d’un insecticide, ou d’un moustique génétiquement modifié. Mais en propageant le virus plus rapidement et plus loin, les Jeux privent les scientifiques de la chose la plus précieuse dont ont besoin les scientifiques pour construire de telles défenses : le temps.

 

 

Cinquièmement, organiser les Jeux viole ce que l’ « Olympique » représente. Le Comité International Olympique (CIO) écrit que l’ « Olympisme cherche à créer [...] la responsabilité sociale et le respect des principes éthiques fondamentaux universels». Mais dans quelle mesure est-il socialement responsable ou éthique de propager la maladie?

 

Les amateurs de sport qui sont assez riches pour visiter les Jeux de Rio choisissent les risques de Zika pour eux-mêmes, mais quand certains d'entre eux retournent à la maison infectés, leurs concitoyens supportent le risque aussi - ce qui signifie que l’avantage est pour l'élite, mais l'inconvénient est pour les masses. Ce problème d'équité prend une signification supplémentaire dans les pays plus pauvres, plus faibles, comme le Nigeria, l'Inde ou l'Indonésie, qui n'ont pas obtenu les ressources pour lutter contre Zika, contrairement au Brésil –effort qui de toute façon se révèle insuffisant. Imposer ce risque pour des Jeux qui sont, par essence, « panem et circenses », cela semble éthiquement discutable.

 

 

Ce qui nous amène à une question simple : Rien que pour les Jeux, faut-il envoyer un demi-million supplémentaire de visiteurs au Brésil en ce moment? Bien sûr que non: la migration de masse dans le cœur d'une épidémie est une inconscience, une indifférence vis-à-vis de la santé publique. Et étant donné le choix entre l'accélération d'une nouvelle maladie dangereuse ou non -car il est impossible que les Jeux ne ralentissent Zika- la réponse devrait être une évidence pour les organisateurs olympiques aussi. En mettant de côté la sentimentalité, les Jeux de Rio 2016 ne doivent clairement pas avoir lieu.

 

 

Il existe un précédent de flexibilité. Récemment, les ligues de baseball américaines ont été rééchelonnées et déplacées sur Puerto Rico en raison de Zika. [17] Historiquement, les Jeux Olympiques d'hiver de 1976 ont été déplacés, et les Jeux olympiques d'hiver de 1994 ont rompu avec le calendrier régulier. Londres, Pékin, Athènes et Sydney possèdent encore des installations olympiques utilisables pour prendre le relais de Rio. Depuis que le CIO a décidé en 2014 que les Jeux Olympiques pourraient être partagés entre les pays, les événements sportifs pourraient même être morcelés, on pourrait tourner l’événement Zika d’un négatif en un positif sans précédent: Les premiers Jeux Olympiques transcontinentaux, des Jeux Olympiques véritablement mondiaux. [18]

 

 

Chacune de ces alternatives coûtera de l'argent bien sûr. Mais à moins que ceux qui aient un intérêt financier dans les Jeux aient mal prévu, ils auront l'assurance annulation, les clauses échappatoires juridiques pour cas de force majeure, et une stratégie de sortie. Aucune raison financière ne peut justifier qu’on mette en jeu la santé de la population mondiale. Car si les victimes financières peuvent récupérer leurs pertes ou même faire faillite et reconstruire, pour les victimes d’une pandémie mondiale il n'y a pas les mêmes conséquences.

 

Malheureusement, au lieu de discuter des alternatives, le Comité international olympique et l'Organisation mondiale de la santé semblent être dans le déni profond. Interrogé sur Zika, le plus ancien membre du CIO, Dick Pound, tourne en dérision « une crise fabriquée » pour tout le monde, sauf les femmes enceintes (fabriquée par qui?). [19] Avec les données épidémiologiques évidentes les plus récentes sur Rio, et les nouvelles études cliniques, tout prouve que Zika provoque de la microcéphalie et, peut-être, la maladie de Guillain-Barré, the IOC’s sanguine : la déclaration officielle du CIO sur ‘Zika et les Jeux de Janvier 2016’ est désespérément obsolète-cette organisation doit maintenant briser son long mois de silence.

 

 

Pire encore, l'OMS n'a jamais publié une déclaration officielle sur Zika et les Jeux Olympiques. Quand je pressai l'OMS à ce sujet en Avril, un porte-parole « était d’accord » avec la déclaration obsolète du CIO, mais a refusé de répondre à la question directe de savoir si l'OMS a confiance dans la sécurité des Jeux de Rio. [20] Il est déplorable, incompétent et dangereux que l'OMS, qui a à la fois l'expertise en santé publique et le devoir de protection de la santé, suive sans mot dire le CIO, qui n'a aucune de ces deux compétences. L’hésitation de l’OMS rappelle ses erreurs avec le virus Ebola, une fois de plus.

 

 

Rien de tout cela n’est destiné à nier que les Jeux sont un événement bien-aimé. Mais où est l'amour vis-à-vis des éventuelles victimes d'une catastrophe mondiale prévisible: adultes malades ou décédés, et des bébés pour qui le risque de séquence de perturbation du cerveau fœtal - prenez ces termes froidement cliniques avec précaution-, est aussi terrible que cela puisse paraître, et éteint l'espoir d'une vie normale avant même qu'elle n’ait commencé? Avec des enjeux comme ça, ces Jeux Olympiques ne sont clairement pas un jeu du tout.

 

 

REFERENCES
[1] Cao-Lormeau V-M, Blake A, Mons S, et al. Guillain-Barré Syndrome outbreak associated with Zika virus infection in French Polynesia: a case-control study. Lancet 2016; 387:1531-39.
[2] Brito Ferreira ML. Neurologic Manifestations of Arboviruses in the Epidemic in Pernambuco, Brazil. Abstract presented at the 68th Annual Meeting of the American Academy of Neurology, April 10, 2016. Available at: https://www.aan.com/PressRoom/home/GetDigitalAsset/12033.
[3] International Olympic Committee, “IOC Statement on Zika”, January 29, 2016. Available at: http://www.olympic.org/Documents/Commissions_PDFfiles/Medical_commission/IOC_Statement_on_Zika-eng.pdf
[4] Government of Brazil, “Notificação de casos pelo vírus Zika passa a ser obrigatória no Brasil”, February 18, 2016. Available at: http://portalsaude.saude.gov.br/index.php/cidadao/principal/agencia-saude/22237-notificacao-de-casos-pelo-virus-zika-passa-a-ser-obrigatoria-no-brasil.
[5] Ministério da Saúde, Secretaria de Vigilância em Saúde. Boletim Epidemiológico 2016;47(18). Available at: http://portalsaude.saude.gov.br/images/pdf/2016/abril/27/2016-014—Dengue-SE13-substitui—-o.pdf
[6] Prefeitura da Cidade do Rio de Janeiro, Superintendência de Vigilância em Saúde. Número de Casos de Dengue por mês, 2016. Available at: http://www.rio.rj.gov.br/dlstatic/10112/6062171/4159109/denguenotificadosexcetodescartadosMes_2016_21_03_2016.htm
[7] Prefeitura da Cidade do Rio de Janeiro, Superintendência de Vigilância em Saúde. Número de Casos de Dengue por mês, 2015. Available at: http://www.rio.rj.gov.br/dlstatic/10112/5880996/4153672/denguenotificadosexcetodescartadosMes2015_25_01_2016.htm
[8] Jonathan Watts, “Zika virus command centre leads biggest military operation in Brazil’s history” The Guardian March 30, 2016. Available at: http://www.theguardian.com/world/2016/mar/30/brazil-zika-war-virus-military-operation.
[9] Faria NR, do Socorro da Silva Azebedo R, Kraemer MUG, et al. Zika virus in the Americas: Early epidemiological and genetic findings. Science. Published online March 24, 2016. DOI: 10.1126/science.aaf5036
[10] Cauchemez S, Besnard M, Bompard P, et al. Association between Zika virus and microcephaly in French Polynesia, 2013–15: a retrospective study. Lancet 2016: doi:10.1016/S0140-6736(16)00651-6.
[11] Rasmussen SA, Jamieson DJ, Honein MA, Petersen LR. Zika Virus and Birth Defects — Reviewing the Evidence for Causality. NEJM 2016; DOI: 10.1056/NEJMsr1604338.
[12] Brasil P, Pereira JP Jr, Raja Gabaglia C, et al. Zika virus infection in pregnant women in Rio de Janeiro — preliminary report. NEJM 2016; DOI: 10.1056/NEJMoa1602412
[13] Brasil, P, Sequeira PC, Freitas AD, Zogbi HE, et al. Guillain-Barré syndrome associated with Zika virus infection. Lancet 2016;387:1482.
[14] See mapping of the 2016 Zika Outbreak at http://www.healthmap.org/zika/#timeline.
[15] Oster AM, Russel K, Stryker JE, Friedman MS, et al. Update: Interim Guidance for Prevention of Sexual Transmission of Zika Virus — United States, 2016. MMWR 2016;65(12):323-5.
[16] Petersen LR, Jamieson DJ, Powers AM, Honein MA. Zika virus.NEJM 2016;374:1552-63.
[17] Associated Press. Major League Baseball, Wary of Zika Virus, Moves Games From Puerto Rico. New York Times May 6, 2016. Available at http://www.nytimes.com/2016/05/07/sports/baseball/pirates-marlins-zika-virus-puerto-rico.html.
[18] Associated Press. I.O.C. Approves Sweeping Reform Package. New York Times December 8, 2014. Available at: http://www.nytimes.com/2014/12/09/sports/olympics/ioc-approves-tv-channel-and-changes-in-bidding-process.html
[19] Anne M. Peterson, “Zika outbreak concerns some athletes planning families”, Associated Press February 28, 2016. Available at: http://bigstory.ap.org/article/0c2a836f480845cd9348517d021cb5f9/zika-outbreak-concerns-some-athletes-planning-families.
[20] Personal communication from Nyka Alexander, WHO Zika media team, April 20, 2016.

 

 

Pour en savoir plus : http://www.cbc.ca/radio/thecurrent/the-current-for-may-10-2016-1.3574840/zika-concerns-prompt-call-to-postpone-or-move-rio-olympic-games-1.3575004

Partager cet article

Repost 0
Publié par Delphina - dans Sciences Actualités
commenter cet article

commentaires

INTERNATIONAL

  

English English español Italiano deutsch العربية

A La Chasse Aux Articles

A PROPOS

about1.png

about2

RUBRIQUES

rubactualite

rubanimauxaz

rubanimauxcelebres

rubagir

rubcoinartiste

rubcotedetente

rubevenements

rubhumouretvideos

rublescoulissesdeblog

rubmetiers

rubphotos

rubretro

rubsciences

rubselectiondesitesweb

rubsoccuperanimal

rubanimauxnationaux

BONUS

rubgrandsdossiers

rubliens

D'OU VENEZ-VOUS ?

Map

POUR PLUS DE CONFORT

Besoin de modifier la taille du texte ?

CTRL + pour l'augmenter
CTRL - pour la diminuer
 

MUSIQUE SAUVAGE