Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juillet 2016 3 06 /07 /juillet /2016 12:31

Dans "Le parti pris des animaux" (Bourgois), Jean-Christophe Bailly cherche à rétablir le contact avec ceux qui nous regardent depuis le fond des âges. 8 textes consacrés aux animaux.

 

L'auteur a beaucoup écrit sur la ville, mais plus encore sur le paysage et la manière dont l'homme l'a façonné au cours du temps. En fait, c'est au territoire qu'il s'est toujours intéressé, et à ses différents modes d'occupation. Et, bien sûr, il n'a pu échapper, au cours de ses réflexions, à la question animale. A l'heure où l' "hypothèse" de leur disparition n'est plus une vue de l'esprit, Bailly tente ici de renouer le fil avec ces premiers habitants de la Terre, dont la présence, même fugitive, constitue encore une "énigme" pour nous. Il le fait à sa manière, entre rigueur philosophique et fulgurance poétique, mais en prenant le parti des "bêtes" (d'où le titre de son ouvrage, en référence à Francis Ponge).

 

Car c'est un sentiment de joie que lui inspire avant tout l'existence des animaux. Ils ne parlent pas, ce sont des "sans-logos", et pourtant ils nous disent quelque chose de l'usage du monde, précisément parce q'uils évoluent "hors des rets du langage", dans un territoire que nous ne connaissons plus et dont ils détiennent certaines clés. L'homme a justifié sa supériorité sur eux par l'accès à la parole et, depuis lors, il n'a cessé de marquer sa différence, soit en les rayant de la carte, soit en les domestiquant ou en les parquant. Plus que la chasse, le zoo (et dans le zoo le singe) est l'expression la plus perverse de cette domination de l'homme sur l'animal. Au lieu de rire de lui, "devrions-nous peut-être admirer ce qu'il fait et que nous ne savons pas faire", dit Bailly qui, à Amsterdam, a pu observer une "handicapée mentale" en osmose avec des orangs-outans, comme si elle s'était "frayé" un passage dans ce monde oublié de nous.

 

Frayer, flairer, guetter... telle est la manière d'habiter le territoire pour l'animal, dont la "maison" est presque toujours une "cachette" : entre les bêtes et leurs prédateurs, c'est un incessant "jeu de cache-cache", une affaire de dissimulation, de "ruse". Et, pour l'homme, l'énigme est là, l'animal (sauvage) reste invisible, et les signes qu'il émet sont impénétrables. Il suffit d'écouter la forêt, la nuit, pour comprendre qu'il s'échange une infinité de messages entre espèces, et que ces messages (que l'auteur compares aux "répons" dans la musique) constituent, plus qu'une simple "bande-son", un vrai langage, grâce à quoi elles appartiennent bien à la "communauté du vivant".

 

Pour attester de cette "présence au monde", Bailly se réfère au compositeur John Cage et à son fameux " 4'33'' ", pièce durant laquelle l'interprète s'abstient de toute note pour donner à entendre le silence -autrement dit le "bruit" que fait le silence. La marque du vivant, chez l'animal, n'est pas la parole, pas le chant des mots, mais le souffle muet, ce mouvement continu d'inspiration et d'expiration du corps, qui est comme le "son" même de la vie.

 

Au fond, ce qui fascine Bailly, chez les animaux, c'est qu'ils sont de plus fins "connaisseurs du paysage" que lui. Mais cette faiblesse par rapport à eux, il peut la compenser par la force de son imagination et ainsi se représenter, grâce au langage, et à défaut de pouvoir voler, "ce qui se passe quand on est à trente mètres du sol et que l'on saute de branche en branche". Regardons un bœuf dormir, nous dit Bailly, son sommeil est à lui seul une énigme, et sa respiration une manière de nous imposer sa "forme", dont l'origine renvoie à la nuit des temps. Aucun doute, il porte une mémoire qui est notre oubli même. Mais cet oubli, l'homme a les moyens de l'abolir par son "intelligence", et donc d'entrer en résonance avec l'animal perdu qui sommeille en nous. C'est à quoi s'astreint l'auteur, dans l'empathie, et en vrai chasseur d'images.

 

Source : article d'Igor Capel pour le Canard Enchaîné (2013)

Partager cet article

Repost 0
Publié par Delphina - dans idées
commenter cet article

commentaires

">

INTERNATIONAL

 

A La Chasse Aux Articles

A PROPOS

about1.png

about2

RUBRIQUES

rubactualite

rubanimauxaz

rubanimauxcelebres

rubagir

rubcoinartiste

rubcotedetente

rubevenements

rubhumouretvideos

rublescoulissesdeblog

rubmetiers

rubphotos

rubretro

rubsciences

rubselectiondesitesweb

rubsoccuperanimal

rubanimauxnationaux

BONUS

 

rubgrandsdossiers

rubliens

NOS PARTENAIRES

code ami : 10%refersionpurepaw

 

D'OU VENEZ-VOUS ?

Map

POUR PLUS DE CONFORT

Besoin de modifier la taille du texte ?

CTRL + pour l'augmenter
CTRL - pour la diminuer
 

MUSIQUE SAUVAGE