Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 juin 2012 6 02 /06 /juin /2012 17:36

Les invertébrés présents au pied des lampadaires sont différents de ceux plongés dans le noir, selon une étude britannique. L'éclairage public, de plus en plus présent, risque alors de perturber l'écosystème.

Quand il fait nuit, les lumières électriques à l'extérieur attirent les insectes volants. Difficile de ne pas le remarquer car ils deviennent parfois tellement nombreux qu'il vaut mieux lever le camp ou tout éteindre. Mais l'impact de l'éclairage nocturne sur la faune pourrait être moins visible et pourtant bien réel. Des chercheurs britanniques de l'université d'Exeter ont découvert, en effet, que les insectes du sol comme les fourmis, les cloportes, les carabes, les faucheux y sont eux aussi très sensibles. Certaines espèces recherchent la lumière, d'autres l'évitent. Selon la Société britannique d'astronomie, l'éclairage public progresse en moyenne de 6% chaque année dans le monde en raison de l'urbanisation galopante.

 

 

Structure de l'écosystème

«La composition des communautés d'invertébrés est modifiée par les lampadaires au bord des routes, de jour comme de nuit», assurent les auteurs de l'étude publiée en ligne cette semaine par la revue Biology Letters. Globalement, les insectes carnivores, prédateurs et charognards, sont plus nombreux dans les zones éclairées que dans celles qui sont plongées dans la nuit. «L'éclairage peut perturber la structure et le fonctionnement de l'écosystème autour des lumières», concluent-ils.

L'étude pilotée par Thomas Davies a été menée dans la petite ville de Helston, à la pointe de la péninsule des Cornouailles. Elle a eu lieu pendant trois jours et trois nuits en août 2011, période de l'année où les invertébrés sont très abondants. «Ce n'est pas beaucoup, reconnaît Thomas Davies à la BBC, mais les premiers résultats montrent qu'à l'avenir il faudrait faire des études plus importantes.»

 

 

Pièges à insectes

L'équipe avait placé une trentaine de pièges à insectes au pied de plusieurs réverbères et dans des endroits non éclairés, les relevés étant effectués une demi-heure avant le lever et le coucher du soleil.

Au total, 1194 invertébrés terrestres représentant une soixantaine d'espèces différentes ont été collectés. Sans surprise, les invertébrés sont plus abondants à proximité des sources d'éclairage. Plus étonnant, cela est vrai aussi bien pour les insectes capturés la nuit que durant la journée. Cinq types d'invertébrés étaient beaucoup plus nombreux dans les zones éclairées par les réverbères: les faucheux, cousins des araignées, les fourmis, les carabes, les cloportes et les amphipodes.

 

 

L'éclairage favoriserait les épidémies

Une étude conduite au Brésil publiée en 2010 avait montré que l'éclairage nocturne peut favoriser le développement de certaines épidémies en multipliant et en prolongeant les occasions de contact entre les insectes vecteurs de maladie et les humains. Mais c'est la première fois qu'une étude s'intéresse à l'impact écologique de l'éclairage électrique.

Des recherches de ce type menées à petite échelle se multiplient actuellement dans le monde. Elles lèvent le voile sur des effets en cascade tout à fait inattendus. C'est ainsi que, récemment, des scientifiques avaient découvert que le bruit modifie la végétation dans les environs des engins bruyants.

Source : lefigaro.fr

Partager cet article

Repost 0
Publié par Delphina - dans Sciences
commenter cet article

commentaires

INTERNATIONAL

  

English English español Italiano deutsch العربية

A La Chasse Aux Articles

A PROPOS

about1.png

about2

RUBRIQUES

rubactualite

rubanimauxaz

rubanimauxcelebres

rubagir

rubcoinartiste

rubcotedetente

rubevenements

rubhumouretvideos

rublescoulissesdeblog

rubmetiers

rubphotos

rubretro

rubsciences

rubselectiondesitesweb

rubsoccuperanimal

rubanimauxnationaux

BONUS

rubgrandsdossiers

rubliens

D'OU VENEZ-VOUS ?

Map

POUR PLUS DE CONFORT

Besoin de modifier la taille du texte ?

CTRL + pour l'augmenter
CTRL - pour la diminuer
 

MUSIQUE SAUVAGE