Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 novembre 2009 7 29 /11 /novembre /2009 14:11

Il est tout mignon, tout doux mais... très fort et très lourd !

Sous ses airs d'ours en peluche se cache une toute autre nature...

 

L'ours blanc ou ours polaire est un grand mammifère originaire des régions arctiques. C'est le plus grand des carnivores terrestres et il figure au sommet de sa pyramide alimentaire.

Parfaitement adapté à son habitat, il possède une épaisse couche de graisse ainsi qu'une fourrure qui l'isolent du froid, la couleur blanche de son pelage lui assure un camouflage idéal sur la banquise et sa peau noire lui permet de mieux conserver sa chaleur corporelle. Pourvu d'une courte queue et de petites oreilles, l'ours possède une tête relativement petite et fuselée ainsi qu'un corps allongé : il s'est adapté à la natation.

L'ours blanc est un mammifère marin semi-aquatique, dont la survie dépend essentiellement de la banquise et de la productivité marine. Il chasse aussi bien sur terre que dans l'eau.

 

 

 

Les ours bruns ou européens sont principalement omnivores, bien que certains aient un régime plus spécialisé, comme les ours blancs, essentiellement carnivores, ou le panda géant, qui se nourrit principalement de bambous.  Ils mangent des lichens, des racines, des noix et des baies. Ils peuvent également aller à un fleuve ou à toute autre eau de surface pour capturer des poissons. Des animaux comme les brebis constituent également une source de nourriture. Il aime manger du miel lorsqu'il en trouve. Les ours voyageront généralement loin des sources de nourriture. Ils pratiquent habituellement la chasse au crépuscule, sauf quand des humains se trouvent dans le voisinage.

 

 

 

 

 

 


Les caractéristiques communes aux ours sont une fourrure dense, une queue courte, de grandes capacités olfactives et d'audition et cinq griffes non rétractiles.

Les ours ont un grand corps avec des membres puissants. Ils ont de larges pattes, un museau allongé et des oreilles rondes. Leurs dents sont utilisées pour la défense et comme outils et dépendent du régime de l'ours. Leurs griffes sont employées pour déchirer, creuser, et attraper. Sur leurs pattes arrière, ils peuvent avoir une démarche bipède.

Beaucoup d'ours des régions nordiques hivernent. La température de leur corps descend relativement bas et ils peuvent se réveiller facilement. Ils n'hibernent pas réellement, ce sont des semi-hibernants.

L'ours a un odorat développé qui lui permet de détecter une présence à 50 mètres.

La durée de vie moyenne d'un ours est de 25 à 40 ans.

Sa vitesse maximum est de 40 à 50 km/h.
 

Certains peuples prétendent descendre de l'ours : ainsi les Arcadiens de l'ancienne Grèce et surtout les Indiens d'Amérique du Nord : ils en faisaient le fondateur de la race ou leur animal totémique et lui attribuaient l'immortalité.

Repost 0
29 novembre 2009 7 29 /11 /novembre /2009 11:32

Pour les Egyptiens, les grues allaient combattre, aux sources du Nil, les pygmées, "sortes de petits hommes", dit Aristote, "montés sur de petits chevaux, et qui habitent des cavernes".
D'après les Grecs, les grues se mettent un caillou dans la bec, lorsqu'elles traversent le mont Taurus, pour s'obliger à rester muettes, et éviter d'éveiller l'attention des aigles.
 La Grue cendrée craque, glapit, trompette. Le cri de la grue cendrée est un "krooh" perçant et nasillard portant loin. Sur les aires de reproduction, les adultes émettent des duos plus musicaux.
Elle se reproduit dans les fondrières, les landes de bruyères humides et les marais d'eau douce peu profonds, ainsi que dans les forêts marécageuses.
Elles émigrent vers des campagnes ouvertes, près des lacs et des marais, ou plus loin dans les zones cultivées.
Les grues volent cou et pattes tendus, et en vol migratoire souvent en grands groupes, et en formation (ligne, V), le groupe est alors guidé par un individu qui une fois fatigué prend place à l'arrière. Leur vol est lent et puissant, souvent quelques battements suivit d'un court vol plané. Les permutations sont assez fréquentes. Les grues peuvent voler très haut et sur de longues distances.
La grue cendrée est omnivore. Pendant l'hiver, elle se nourrit davantage de végétaux.
La grue, qui est en Occident un symbole de sottise et de maladresse, -"sans doute en raison de l'allure gauche de l'oiseau posé sur une seule patte"- et en Inde celui de la traîtrise, représente la fidélité et la longévité en Extrême-Orient. Les japonais, qui en font une image du bonheur, lui attribuent une existence de plusieurs milliers d'années ; dans le Taoïsme, dont le fondateur Lao-Tseu est représenté avec une robe rouge brodée de grues, l'oiseau personnifie l'immortalité d'où la grue de papier que l'on suspend aux fenêtres de la maison du mort pendant certaines cérémonies funéraires.
Indiquons également que si la blancheur de la grue évoquait la pureté, "sa tête rouge cinabre indiquait la permanence de sa puissance vitale, la concentration du Yang".

Repost 0
3 novembre 2009 2 03 /11 /novembre /2009 13:11
Ci-contre, le ouistiti à toupet (ou pinceau) blanc, l'une des espèces du ouistiti, ce petit singe malicieux.
L'on dit de quelqu'un qu'il fait le ouistiti quand il bouge dans tout les sens : il ne tient plus en place. C'est le cas du ouistiti.
Le terme ouistiti est le nom donné à plusieurs espèces de singes du nouveau monde, appelé également parfois marmousets. Ce nom, d'après Georges-Louis Leclerc de Buffon, leur a été donné en raison de leur cri. Toutes les espèces appartiennent à la famille des Callitrichidés. On distingue trois types de ouistiti, les ouistitis atlantiques, les ouistitis amazoniens et les ouistitis pygmés.
Le long de la côte est du Brésil et au sud de l’Amazone, les ouistitis se sont diversifiés en quelque 22 espèces, à la robe tantôt blanche tantôt sombre tantôt agouti, pesant entre 120g et 400g. Il est probable que d’autres espèces d’ouistitis existent dans les régions mal connues qui s’étendent d’ouest en est du Rio Madeira au Rio Xingú, susceptibles de modifier sensiblement la classification des « marmousets ».
On fait souvent dire « Ouistiti » à l'assistance pour simuler les sourires lors de photographies de groupe.
 
Repost 0
3 novembre 2009 2 03 /11 /novembre /2009 13:03

Girafe.jpgElle est majestueuse la girafe ! Avec son long cou, et sa longue langue (j'ai moi même essayé de me toucher le nez avec la langue, sans succès), elle peut mesurer plus de 5 mètres !
Le mot girafe vient de l'arabe زرافة zarāfah signifiant charmante.
Au terme de millions d'années d'évolution, la girafe a acquis une anatomie unique lui permettant notamment de brouter la cime des arbres.

En 1809, Lamarck pensait qu'à force d'allonger le cou, elle avait transmis ce trait à sa descendance.

En 1872, Darwin pensait que son long cou était dû à une sélection liée aux périodes de famines, où un ou deux pouces faisaient la différence et permettaient de survivre.
Il s'agit de l'animal le plus grand en hauteur, pouvant, grâce à son cou tout en longueur, atteindre jusqu'à 5,50 m ou même 5,80 m. Cependant celui-ci ne comporte pas plus de vertèbres cervicales (7, de plus ou moins 40 cm chacune) que celui des autres mammifères.
Son poids est de 950 à 1100 kilogrammes pour les femelles et peut aller jusqu'à 1500 kg pour les mâles.

Son espérance de vie est de l'ordre de 25 ans.

Son pelage à dominante rousse est réticulé ou tacheté de jaune.

Son ventre est blanc et sa tête porte deux (ou trois chez le mâle) petites cornes recouvertes de peau.
Lorsqu'elle court, elle va à l'amble, à l'instar du chameau ou de l'ours, c'est-à-dire qu'elle lève ensemble les deux pieds du même côté. En vitesse de croisière, elle court à 15 km/h mais peut accélérer à 55 km/h en prenant un curieux galop. Les pattes avant se lèvent ensemble mais largement écartées pour éviter l'entrechoc des sabots et de s'emmêler les échasses.

En fait sa technique unique de galop est facilitée par son long cou qui balance et crée l'équilibre, grâce à un petit muscle spécial qui le tire en avant.

La girafe se nourrit de feuilles d'arbre et ne broute ou ne s'abreuve au sol qu'en écartant les pattes de devant ou en pliant les genoux, après avoir bien inspecté les alentours, et lève souvent la tête entre deux gorgées, bien consciente de sa posture périlleuse.

Repost 0
3 novembre 2009 2 03 /11 /novembre /2009 12:54

Dans l'astrologie chinoise je suis buffle, et vous ?
Ce puissant animal y représente le signe de Chef et de meneur, et ne peut supporter l'autorité. Patient, silencieux, lent, méthodique, le Buffle a un esprit original.

Le terme buffle s'applique à une lignée de bovins, la sous-tribu des Bubalina, qui se décompose en deux genres :

-les buffles d'Afrique

-les buffles d'Asie.

Le mot « buffle », venu de l’italien bufalo, dérive du grec boúbalis « antilope », « bœuf sauvage ». Le nom de la femelle est bufflonne ou bufflesse. Le petit est le bufflon ou le buffletin.

Les seuls prédateurs des buffles sont en Asie le tigre et en Afrique le lion, qui s'attaquent uniquement à des individus vulnérables parce que jeunes, âgés ou malades.

Les mâles adultes pèsent de 700 à 900 kg, contre 500 kg en moyenne pour les bufflonnes. Les mâles mesurent 1,70 mètres au garrot pour une longueur du corps de 3,50 mètres. Les bufflonnes mesurent 1,40 mètres au garrot pour une longueur du corps de 2,50 mètres.
Ils peuvent faire courir et faire des pointes à 30 km/h et jusqu'à 50 km/h pour les plus rapides. Ils sont moins rapides que d'autres herbivores de la savane, mais les buffles sont de grands herbivores massifs, musclés, forts et se défendent remarquablement bien en chargeant avec leurs cornes. Les buffles sont très dangereux et peuvent tuer un lion ou un chasseur.
Le buffle est en Inde l'emblème de Yama, divinité de la mort; au Tibet, également, "l'esprit de la mort possède une tête de buffle". Chez les Taoïstes, le buffle est la monture des sages : Lao-Tseu ( philosophe chinois du VI-Vème siècle avant notre ère, qui est à l'origine du Taoïsme) est traditionnellement représenté chevauchant un buffle.

Repost 0
3 novembre 2009 2 03 /11 /novembre /2009 12:46

Ah qu'il est beau le pyjama du zèbre, dit-on car l'on pourrait penser (naïvement) que le zèbre est un cheval blanc en pyjama à rayures. Mais il n'en n'est rien : voyons-voir...

Les zèbres sont des espèces de la famille des équidés (cheval, poney, âne) dont ils seraient à l'origine. Ils sont, probablement, les plus anciens représentants du genre Equus. 

Ces animaux habitent l'Afrique centrale et australe et se caractérisent par des bandes de rayures verticales. Si tous ces animaux descendent bien d'une espèce commune, toutes les espèces descendantes de celle-ci ne sont pas que des zèbres. Il y a aussi des chevaux et des ânes qui sont plus ou moins proches de chacune de ces espèces.
Le petit du zèbre s'appelle le zébreau.

La femelle du zèbre s'appelle la zébrelle. On rencontre aussi le terme zébresse ou zebrette.
Les zèbres mesurent de 1,20 à 1,50 mètres au garrot ; un zèbre vit en moyenne 25 à 30 ans (jusqu'à 40 ans dans un zoo). Le zèbre est-il blanc à rayures noires ou noir à rayures blanches, comme le demande une légende africaine ?

Dans la savane, le zèbre est très visible, ce qui tendrait à être une exception à la règle du camouflage. On peut donc se demander raisonnablement quels avantages apportent ces rayures.

Dans les années 1970, des recherches ont pointé le fait que la mouche tsé-tsé, responsable de la maladie du sommeil est attirée par des larges zones monochromes (de couleur unie) : les rayures permettraient de se protéger du parasite. Or, il s'avère que les zèbres, comme les gnous et les gazelles, résistent bien à cette maladie. Les rayures auraient surtout un effet strobostopique sur les prédateurs : lorsque tout un troupeau s'enfuit, les raies des divers individus se mélangent, rendant flou le contour d'un animal aux yeux d'un lion, par exemple. Enfin, certains chercheurs attribuent à ces couleurs un rôle social, la disposition des bandes permettant la reconnaissance des individus entre eux.
Les prédateurs s'attaquent aux animaux vulnérables : atteints de maladies, âgés, blessés, isolés, jeunes ou une femelle en gestation ou juste après avoir mis bas (car moins rapide).

 

Les zèbres sont divisés en plusieurs nombreuses espèces, comme par exemple celle dite "de Burchell" :

 

robes zebresVariation clinale de la robe des zèbres de Burchell

 

Repost 0
3 novembre 2009 2 03 /11 /novembre /2009 12:37

L'antilope, cet animal dont les prédateurs sont les plus féroces des prédateurs...

Elles en ont du mal, à repousser toutes leurs attaques ! Voici le portrait de cet animal si poursuivi.

Les antilopes sont des mammifères ruminants de la famille des bovidés, aux pattes menues et aux cornes longues arquées et vivent dans les steppes d'Afrique et d'Asie, dans les forêts ou les déserts suivant les espèces. Leurs tailles et leurs poids sont variables ; de 5 kg (dik-dik) à 800 kg (élan du Cap).

Certaines antilopes sont capables de courir très vite, à une vitesse maximum de 100 km/h. Elles peuvent faire des bonds à plus de 3 mètres de hauteur et jusqu'à 15 mètres de longueur.

Le premier groupe sont des antilopes au sens strict, qui compte une vingtaine d'espèces; animaux agiles à la silhouette élancée, svelte avec de longues pattes fines et à la course très rapide, légère. Elles habitent les paysages de savanes et plaines.

Elles ont de grands yeux doux, une fourrure de couleur fauve, plus claire sur le ventre, l'extrémité de la queue est noire. Les mâles sont plus grands et forts que les femelles et portent des cornes annelées, droites, en S, en lyre ou en spirale mais toujours plus fines et plus courtes chez les femelles.

Repost 0
3 novembre 2009 2 03 /11 /novembre /2009 12:10

 Le topi est une grande antilope (115 cm au garrot pour 120 kg), mais encore...
Il est herbivore et vit en troupeaux en Afrique. Il appartient à la famille des bovidés, et a longtemps été considéré comme une sous-espèces du sassaby.
Il a un pelage fauve, sombre. Le mâle règne sur une harde de 6 à 20 femelles. Les mâles écartés vivent isolés du groupe.
À la saison sèche, ils se rassemblent en troupeaux importants.

En cas de danger, cette grande antilope compte sur sa rapidité pour se défendre et fuir les prédateurs. Très rapide à la course, les topis peuvent courir à une vitesse maximum de 70 km/h. Les animaux en bonne santé n'ont pas de prédateurs, mais les animaux atteints de maladies, trop jeunes, faibles, blessés, agés ou une femelle au terme de sa gestation (moins rapide) peuvent etre la proie des lions, hyènes, léopard, lycaons, guépards.

Le guépard, est le seul prédateur pouvant rivaliser en vitesse, mais un damalisque adulte, peut le charger et le blésser. Le guépard s'attaque parfois aux jeunes, cependant les mères damalisques défendent farouchement leurs petits, face à des prédateurs comme les guépards, les chacals ou une hyène solitaire.

Repost 0
3 novembre 2009 2 03 /11 /novembre /2009 11:59

Bizarre, bizarre l'animal... L'Okapi est étrange et mène les scientifiques par le bout du nez.

L’okapi est une espèce de mammifère ruminant de la même famille que la girafe, venant des forêts équatoriales de l'Afrique Centrale. Bien que connu par les Pygmées, il est «découvert» en 1901 par Sir Harry Johnston à qui il doit son nom. C’est l’un des derniers grands mammifères à être observé scientifiquement sur la planète. Cet animal dont l’allure étrange rappelle à la fois celle du zèbre et de la girafe vit exclusivement dans une petite région de la République démocratique du Congo, la forêt tropicale de l'Ituri, où une réserve lui est spécialement dédiée.
L’okapi mesure environ 1,80 m au garrot et pèse au maximum 300 kg. Sa morphologie est relativement proche de celle de la girafe : son corps est court et massif, ses pattes arrières plus courtes que les antérieures (ce qui lui donne la même allure qu’elle avec sa croupe plus basse que ses épaules) et il possède une colonne vertébrale sur un axe oblique. Toutefois son cou est moins long et plus épais que celui de la girafe. Sa langue est noire et mesure entre 30 et 50 cm de long : avec elle, il peut saisir sa nourriture mais aussi nettoyer toutes les parties de son corps, y compris ses oreilles. Son pelage court est d’un brun chocolat sur le corps avec des zébrures noires et blanches sur les pattes et l’arrière train. La tête est marquée d’une tache blanche au niveau de la joue.
L’okapi se nourrit de feuilles, de divers végétaux différents (dont l'euphorbe, particulièrement toxique pour l’homme), de bourgeons, de branches tendres, de fruits, de champignons et de fougères. Il cueille sa nourriture à l’aide de sa langue et de ses lèvres préhensiles. Il comble ses besoins en minéraux en mangeant de l’argile sulfureuse qu’il trouve près des rivières ou des graminées poussant sur des sols hautement minéralisés.

 

 

Repost 0
3 novembre 2009 2 03 /11 /novembre /2009 11:33

Il ressemble à s'y méprendre à son copain félin le guépard. Pourtant : il est moins svelte et ses taches sont différentes. Allons voir ça de plus près.

Le léopard ou panthère est une espèce de félin qui vit actuellement en Asie et en Afrique. Le poids d'un adulte varie de 40 à 90 kg pour le mâle et de 30 à 60 kg pour la femelle, et la longueur du corps varie de 90 cm à 1,60 m et jusqu’à 1,90 m pour la sous-espèce africaine. Le léopard est un animal éclectique dans son menu, il se nourrit de proies de taille moyenne : antilopes, gazelles, koudous, topis, impalas, gnous et zèbres, phacochères, okapis... Son alimentation comprend également des singes, ainsi que toutes sortes de petits animaux dont les rongeurs, les oiseaux, les serpents, les insectes et même le poisson. En Inde, son alimentation comprend des porcs sauvages, des cerfs axis, des paons, des jeunes de cerfs sambar et jeunes des nilgaults (antilopes). En période de sécheresse, on a également déjà aperçu un léopard s'attaquer à un crocodile.

Les femelles mettent bas de trois à cinq petits et même parfois jusqu'à huit ! Mais cela est très rare et souvent seulement trois ou quatre petits peuvent survivre. La période de gestation dure de 90 à 95 jours. Les petits pèsent de 150 à 300 grammes à la naissance, mesure environ 30 cm et sont aveugles.

Les femelles adultes sans petits vivent souvent seules. Les mâles forment parfois de petits groupes, surtout lorsqu'ils sont issus de la même portée.

La reproduction a lieu pendant toute l'année. Un pic des naissances a toutefois été constaté de mars à juin.

Les jeunes guépards possèdent un manteau de poils ressemblant à une crinière le long de leur dos. On suppose que ce "manteau" permet un meilleur camouflage des petits dans l'herbe. Ce pelage, qui les fait ressembler à un ratel, un féroce blaireau, serait une manière d'éloigner les prédateurs. Il commence à disparaître à 3 mois, mais peut encore être vu à l'âge de 2 ans. Pendant leurs toutes premières semaines de vie, les petits sont déplacés presque tous les jours par leur mère pour éviter les prédateurs.

Le taux de mortalité infantile est très élevé. Durant les premières semaines après la naissance, jusqu'à 70 % des jeunes sont tués par d'autres prédateurs. Les petits commencent à suivre leur mère à l'âge de 6 semaines. Ils sont sevrés à 3 ou 6 mois. Ils restent en général avec leur mère pendant 13 à 20 mois, période pendant laquelle elle leur apprend à chasser. Les membres d'une fratrie peuvent parfois demeurer plusieurs mois ensemble.

La maturité sexuelle est atteinte à l'âge de 20 à 24 mois.

Le guépard chasse surtout pendant le jour (début de matinée et fin d’après-midi), lorsque les autres prédateurs dorment, probablement parce qu’il se laisse facilement intimider par tous ceux qui veulent lui voler sa proie ; même les vautours peuvent forcer un guépard à abandonner une carcasse. C’est pourquoi le guépard tire sa proie à l’abri pour pouvoir la dévorer en paix. Lorsqu’il est repu, il abandonne les restes aux charognards. Les guépards des montagnes du Sahara constituent une exception puisque ce sont des chasseurs nocturnes.

Lorsque le guépard arrive suffisamment près de sa proie, il se sert de sa patte, pourvue de grosses griffes solides. Il lui fait ainsi un croc-en-jambe et la déséquilibre afin qu'elle tombe. La vitesse lors du choc suffit souvent à tuer les gazelles, sinon le guépard s'empresse de la plaquer au sol et enserre la gorge de la victime. Le manque de puissance de sa mâchoire le contraint à étouffer sa victime, contrairement à d'autres félins, comme le lion ou le léopard qui les égorgent. Une fois sa victime achevée, le guépard doit toutefois attendre pour manger. Il est épuisé par l'effort qu'il a fourni. Pendant la course, son corps s'est dangereusement échauffé. Si la course est trop longue, le guépard peut même mourir d'hypertermie (surchauffe). Par ailleurs, il est essoufflé. Il se repose donc pendant de longues minutes, toujours aux aguets, avant de pouvoir enfin déguster un repas durement acquis.

Le guépard est un chasseur efficace, bien que son taux de réussite varie fortement selon le type de proie, l'expérience et le sexe du chasseur. La chasse aux faons de gazelles est couronnée de succès dans 76 à 100 % des cas selon les études, tandis que sur les sujets adultes le taux de réussite descend de 37 à 53,5 %. Une fratrie de jeunes guépards tue dans 75 % des poursuites lorsque les membres chassent ensemble, tandis qu'individuellement, ce taux tombe à 15 %. L'association de mâles adultes n'est cependant pas plus efficace lorsque la chasse est réalisée seul, en parie ou en trio ; les félins tendent juste à chasser de plus grosses proies. En comparaison, le taux de réussite du lion varie de 15 à 52 %.

C’est l’animal le plus rapide de la planète. Il fait des pointes de 110 km/h, mais quand sa proie est attrapée il est obligé d’attendre pour retrouver son souffle et que son rythme cardiaque ralentisse. Et c’est souvent à ce moment là qu’il se fait voler sa proie.

À la fois patient et véloce, il a mérité son nom arabe « targui ». Après sa course, épuisé, le guépard est à la merci des prédateurs plus puissants que lui, tels que le lion ou la hyène qui n'hésitent pas à voler la nourriture des autres. Mais le guépard est meilleur pour la course que pour les combats. Il est bien trop léger et trop fragile pour se battre ainsi. Risquer une blessure l'empêcherait de chasser et le condamnerait à mourir de faim… Aussi, lorsqu'un carnivore plus fort que lui veut lui voler sa proie, le guépard n'a guère d'autre choix que de fuir !

Il existe plusieurs populations isolées de guépard, en Afrique et en Asie du Sud-Ouest. Environ cinquante individus vivent en Iran, dans le Khorassan, où ils sont l'objet d'une campagne de préservation. La présence de guépard asiatique a été plusieurs fois signalée au Pakistan dans le Baloutchistan, sans que cela n'ait pu être confirmé.

Symbole de fierté, de férocité, d'habileté et de force, le léopard jouait un rôle dans les cérémonies funéraires égyptiennes au cours desquelles les prêtres revêtaient la peau du fauve.

Pour finir, il est important de savoir que les noms "panthère" et "léopard" désignent le même animal !

Repost 0
">

INTERNATIONAL

 

A La Chasse Aux Articles

A PROPOS

about1.png

about2

RUBRIQUES

rubactualite

rubanimauxaz

rubanimauxcelebres

rubagir

rubcoinartiste

rubcotedetente

rubevenements

rubhumouretvideos

rublescoulissesdeblog

rubmetiers

rubphotos

rubretro

rubsciences

rubselectiondesitesweb

rubsoccuperanimal

rubanimauxnationaux

BONUS

rubgrandsdossiers

rubliens

D'OU VENEZ-VOUS ?

Map

POUR PLUS DE CONFORT

Besoin de modifier la taille du texte ?

CTRL + pour l'augmenter
CTRL - pour la diminuer
 

MUSIQUE SAUVAGE