Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 janvier 2011 1 03 /01 /janvier /2011 19:19

Je surfais tranquillement sur actu.orange.fr quand je suis tombée sur cet article, étonnant mais à vrai dire assez comique. Je n'ai pas résisté à la tentation de vous le transmettre et, en bonus, de vous transmettre certains des commentaires faits à son issue...

 

La curiosité est un vilain défaut, a appris à ses dépens un jeune chien, secouru par les services vétérinaires californiens mercredi après avoir passé la tête à travers le trou d'un mur et s'être avéré incapable de la ressortir .

Le jeune berger allemand Rebel a été retrouvé gémissant, la tête fermement bloquée dans un mur à Desert Hot Springs (est de Los Angeles).

Ma première réaction a été: "Mais comment en est-il arrivé là?" a déclaré le sergent James Huffman, des services vétérinaires du comté de Riverside. "Et pourquoi y'avait-il un tel trou dans le mur?"

"C'était une situation très étrange. On ne sait pas trop s'il a poursuivi un autre animal, ou s'il a juste passé la tête par curiosité", a-t-il ajouté.

Après avoir vérifié que Rebel respirait correctement, M. Huffman et son collègue Hector Palafox se sont positionnés de chaque côté du mur, l'un s'occupant de la tête et l'autre du corps.

M. Palafox "a repoussé les oreilles du chien vers l'arrière pour ne pas le blesser pendant le sauvetage", précise un communiqué des services vétérinaires, ajoutant qu'il avait fallu 30 minutes pour libérer l'animal.

M. Huffman a assuré que Rebel les avait beaucoup aidés. "Il nous faisait savoir quand on poussait trop fort -- il a toujours été coopératif. Il savait qu'on venait pour le sauver", a-t-il dit.

 

Commentaires (qui en valent la peine !) :

"voilà un chien lecteur de Marcel Aymé"de cesosa  Je pense qu'il fait allusion à la nouvelle du "passe-muraille"

"Ah ce n'est pas de l'art conceptuel, juste un concept à la truelle, mais le mur qui s'est refermé là était un sacré piége et le pauvre animal en aura fait le siège."de Archi Quelle prose !

"Mais je reconnais ce chien ! C'est le cousin germain de Rantanplan."de Logicum Mais oui, en effet ! Beau coup d'oeil

 

Voilà, j'espère que cet article original vous a plu ! A bientôt...

Repost 0
Publié par Delphina - dans Humour & Vidéos
commenter cet article
2 janvier 2011 7 02 /01 /janvier /2011 17:34

Bonjour et bienvenue dans ma sélection de livres et de films à avoir absolument (ou en tout cas une partie) dans sa bibliothèque ! Cela sert aussi comme idée-cadeau n'oubliez pas... En tout cas, je serai comblée à l'idée d'avoir un de ces cadeaux à mon anniversaire... ou aujourd'hui

 

/!\ Petit Rappel /!\ Mes sélections rassemblent aussi bien les nouveaux documents, les sorties du mois, etc. que les anciens ! Ne vous étonnez donc pas si certains sont déjà depuis longtemps en magasin ! Considérez plutôt ma sélection comme une sorte de référence, de guide, de recueil d'idées...

 

Voici donc la sélection de LIVRES :

 

Cuir ! Poil ! Plume !

Dans ce merveilleux livre de 224 pages (ah oui quand même !), Paul Terrel nous présente la vie quotidienne des animaux, sous toutes ses coutures ! En effet, vous découvrirez par exemple pourquoi le serpent ci-dessus est installé de cette manière, et plein d'autres choses en tout genres, accompagnées de belles photos... hautes en couleurs !

Cuir ! Poil ! Plume !, de Paul Terrel, Ed. Milan Jeunesse, 22 €.

 

 

 

 

 

 

Primates

Encore un merveilleux album de 256 pages (nous sommes gâtés en ce moment !) signé Jean-Jacques Petter, lequel a passé 10 ans entiers de sa vie de spécialiste historique des promisiens de Madagascar à travailler sur ce projet regroupant tout les "trucs" à savoir sur les primates du monde entier.

L'ouvrage ayant malheureusement été interrompu à cause du décès de son auteur en 2002, il a été repris à la demande de sa femme : Arlette Petter. Elle s'est alors mise corps et âme à la recherche de spécialistes français des primates, disponibles pour la rédaction du dit livre. Le résultat est impressionnant.

 Primates, de Jean-Jacques Petter, Ed. Nathan, 45 €.

 

 

Les Nouveaux Animaux de Compagnie

Mon article sur les Nac vous a interessé ? Les liens pour en savoir plus ne vous suffissent pas ? Voici un excellent moyen d'approfondir, en images, parfait pour tout futur maître de tortues ou de mygales !

Signé Diana Semaska et Karim Daours et illustré par Michel Gunther, "Les Nouveaux Animaux de Compagnie" est un livre à la portée de tous.

Les Nouveaux Animaux de Compagnie, Ed. Hugo et Cie, 24, 90 €.

        

 

 

 

 

La sélection de FILMS :

 

Les ailes pourpres

Il était une fois, au nord de la Tanzanie, un lac de feu appelé le lac de Natron, l'un des ultimes sanctuaires sur Terre, berceau de la vie d'un million de flamants.

Dans cet environnement hostile et sauvage, plongez au coeur de l'extraordinaire aventure d'un bébé flamant au destin hors du commun.

Depuis sa naissance jusqu'à son âge adulte, un incroyable périple l'attend, parsemé de dangers, où le climat et les grands prédateurs sont autant d'obstacles qu'il faudra vaincre pour accomplir le cycle de la vie.

L'un des derniers mystères de notre planète et une histoire que seule la nature peut nous raconter...

Les ailes pourpres, de Mattheuw Aeberhard et Leander Ward (documentaire).

 

 

Deux frères

Deux frères naissent loin de tout, parmi les ruines d'un temple oublié, englouti au coeur de la jungle d'Angkor. Ils grandissent sous le regard affectueux et vigilant de la Tigresse, leur mère, et de leur père, le Grand Tigre.

Hélas, en ce début des années 1920, la fièvre de l'art asiatique d'empare des grandes capitales occidentales. Des pilleurs de temples font irruption. Les deux frères sont capturés, séparés et vendus.

L'un atterrit dans un cirque, l'autre chez un prince. les deux félins se retrouvent opposés, face à face, dans une arène...

Deux frères, de Jean-Jacques Annaud (aventure).

 

 

 

La Marche de L'Empereur

L'histoire des manchots empereurs et de leur cycle de reproduction est unique au monde, Elle mêle amour, drame, courage et aventure au coeur de l'Antarctique, région la plus isolée et inhospitalière de la planète.

Un scénario offert par la Nature, qui se perpétue depuis des millénaires et que les hommes n'ont découvert qu'au début du XXe Siècle.

"La Marche de L'Empereur" raconte cette histoire extraordinaire...

La Marche de L'Empereur, de Luc Jacquet (documentaire).

 

 

 

 

 

Le Renard et l'Enfant

Un matin d'automne, au détour d'un chemin, une petite fille aperçoit un renard. Fascinée au point d'oublier toute peur, elle ose s'approcher. Pour un instant, les barrières qui séparent l'enfant et l'animal s'effacent. C'est le début de la plus étonnante et de la plus fabuleuse des amitiés. Grâce au renard, la petite fille va découvrir une nature secrète et sauvage. Commence alors une aventure qui changera sa vie, sa vision et la nôtre...

Le Renard et l'Enfant, Luc Jacquet (aventure).

 

Synopsis : Allocine.fr.

Repost 0
1 janvier 2011 6 01 /01 /janvier /2011 17:40

J'espère sincèrement que cette année nouvelle, chers lecteurs, se déroulera pour le mieux pour vous et vos proches. En ce qui concerne Passion Animale, sachez que j'essaye quotidiennement de m'améliorer dans la rédaction de mes articles, de mes pages, dans la présentation générale du blog. De toute façon, les conseils sont toujours les bienvenus !

Sur ce...

BONNE ANNEE 2011 !!!

Repost 0
31 décembre 2010 5 31 /12 /décembre /2010 11:50

Finalement, je suis de retour avant la date précisée lors de l'articLe précédent, pour vous parler d'un sujet qui me tient à coeur : le foie gras.

La fabrication du Foie Gras est une production ancestrale qui remonte à plus de 4500 ans.

Le détail d'une fresque d'un tombeau égyptien représentant un esclave nourrissant de figues une oie est un témoignage de cette tradition millénaire (Nécropole de Saqqarah).

Les bords du Nil étant un passage de la migration des oies et des canards, les Égyptiens décidèrent d'observer le comportement de ces volatiles migrateurs. Ils découvrirent que les oies, pour faire le "plein d'énergie" et se préparer à ce long trajet qu'est la migration, se gavaient de nourriture beaucoup plus qu'à l'ordinaire… Ils comprirent alors que les oies créent le "Foie Gras" en accumulant la graisse dans ce fameux organe, un véritable "carburant" pour leur long voyage !

La technique fut ensuite perpétuée, chaque peuple utilisant les ressources disponibles localement. Elle se développa en particulier en France à partir du 18ème siècle avec l’arrivée du maïs dans le Sud Ouest.

Après les Égyptiens, Grecs et Romains pratiquèrent l’engraissement des oies et des canards.

Le Foie engraissé deviendra en latin "Jecur Ficatum" (le Foie dû aux figues). Le Foie Gras apparaît pour la première fois sur une table romaine au 1er siècle avant Jésus Christ, lors d’un fabuleux banquet rapporté par Horace. L’engouement des Romains pour le Foie engraissé aux figues est tel que, dès le 4e siècle, "ficatum" ("aux figues") devient l’appellation pour le Foie de tous les animaux engraissés. Il donnera quelques siècles plus tard le terme anatomique " Foie ".

C’est pendant la période romaine que le Foie Gras sera d’abord consommé dans la "Provincia" puis peu à peu dans différentes parties de la Gaule romanisée, dont le Sud-Ouest. De nombreuses populations de l’Empire Romain, et bien-sûr nos ancêtres les Gallo-Romains, vont alors devenir les spécialistes de cette préparation. Ensuite, pendant tout le Moyen-Age, ils consommeront des animaux engraissés et leurs Foies Gras sous différentes préparations. Dans de nombreuses langues régionales, des mots seront même synonymes de gavage. A partir du 15ème siècle, le maïs, alimentation particulièrement adaptée aux oies et aux canards, est rapporté du nouveau monde par Christophe Colomb et voit sa culture se développer dans cette région.

Au XVIIe et XVIIIe siècles, la production de palmipèdes Gras est une des bases de l’alimentation des paysans. En effet, la cuisson et la conservation des Foies et viandes dans la graisse permet de constituer des réserves rappelant que le congélateur n’est arrivé que bien plus tard. Paradoxalement, le Foie Gras était aussi servi aux tables des rois et des Grands du Royaume sous l’Ancien Régime.

Au XIXe siècles, la mise au point des procédés d’appertisation (conservation par la stérilisation par la chaleur dans un récipient clos) favorise l’émergence de conserveurs qui deviendront de grandes maisons, lesquelles en diffusant leurs Foies Gras dans le monde entier, vont très vite en faire l’un des fleurons de la gastronomie française. Depuis cette époque, le Foie Gras fait partie intégrante du patrimoine culinaire et culturel de la France.

Mais, comment est-il "créé" ?

Un Foie Gras est le foie sain d'un canard (ou d’une oie) adulte, robuste et en bonne santé, élevé(e) selon la tradition : les animaux de 1 jour sont placés en poussinière jusqu'à 4-5 semaines.

Dès que les plumes assurent une protection suffisante, les animaux ont accès à des parcours extérieurs et passent donc environ 2 mois et demi en liberté totale. En fin d’élevage, à 12 semaines d’âge environ, les palmipèdes adultes vont recevoir une alimentation progressive et contrôlée. Cette phase dure 2 semaines maximum. Ainsi, son foie fabriquera les graisses qui feront de lui un Foie Gras.

Malheureusement, le foie gras ne s'apparentera jamais à un produit bio car, sa production, sa "création" est considérée comme un acte de maltraitance animale.

En effet, inutile de tergiverser ! Le foie gras bio, ça n’existe pas ! Cessez d’insister, on vous a dit non. L’appellation « foie gras » est réservée au produit fini obtenu après gavage de l’animal. Vous comprendrez ainsi que le foie gras, ça ne peut pas être bio.

Et encore moins éthique.

Certains vous parleront de foie gras sans gavage, comme cet espagnol, Eduardo Sousa, qui s’est même vu décerner le prix coup de cœur – pour la catégorie foie gras – au Salon International de l'Alimentation de Paris édition 2006. Assez répandu en Angleterre, vous entendrez peut-être aussi parler de « faux gras », une pâte composée à 50% de foies d’oies ou de canards élevés en plein air, mélangés à de la graisse des mêmes volailles. Paraîtrait que ça aurait le même goût que le foie gras classique. A vous de tester si le cœur vous en dit ! Autre manière de fabriquer du prétendu foie gras bio : gaver ses oies au maïs biologique. Ben voyons…

On n’est pas forcément convaincus par ces alternatives plus que douteuses ! Et même si le foie gras est un met délicieux, on ne le consomme qu’une fois dans l’année, à Noël. Alors on pourrait aisément s’en passer ! Il existe de nombreuses terrines végétales qui peuvent aisément remplacer le foie gras. Ca n’a bien sur pas la même saveur que le foie gras, mais croyez-moi, pour les animaux non plus !

Le coup de cœur ?

Les terrines végétales de la marque Bjorg, labellisées AB. Aubergine, Forestière, Provençale, et même Chardonnay, idéale comme entrée d’un menu de fête ! Pour moins de 3€ en grandes surfaces, voici une belle alternative au foie gras : sans gavage, bio et économique ! Et puis, la majorité des terrines végétales sont adaptés aux végétariens ! De quoi fêter Noël au même titre que n’importe qui. Enfin, pour les amoureux de la viande, vous pourrez également trouver des terrines de volailles bio. Bref, avec les terrines bio, il y en a pour tous les goûts !

Alors, renoncerez-vous au foie gras cette année pour tenter autre chose ?

 

Sources : http://www.lefoiegras.fr/ et http://www.greenzer.fr/menu-bio-noel-foie-gras.

Repost 0
Publié par Delphina - dans Actualités
commenter cet article
25 décembre 2010 6 25 /12 /décembre /2010 11:36

 

 

 Enfin ! Que l'attente a été longue mais quelle récompense ! Vous êtes sûrement épuisés par les repas de Noël et les cadeaux déballés, même peut-être par des enfants qui jouent déjà avec leurs jouets (dans mon cas, avec une voiture télécommandée bruyante ).

Mais, ne vous inquiétez pas, moi, Delphina, ne vous ai pas oubliés car, si vous levez les yeux vers la barre de navigation du blog, vous vous rendrez compte que tout est remis à neuf ! Voyez ces magnifiques boutons, munis de jolies empreintes dorées...

Mais ne croyez pas qu'il n'y a que ça !

Voici également une vidéo, toujours dans l'esprit de Noël, mais avec des animaux. 

 

Repost 0
24 décembre 2010 5 24 /12 /décembre /2010 12:29

Les singes cosmonautes les plus populaires du cinéma d'animation reviennent dans de nouvelles aventures encore plus débridées en 3D-relief.

Après son retour triomphal de la planète Malgor, où il a libéré un peuple opprimé par un tyran nommé Zartog, Ham, le chimpanzé astronaute, a pris la grosse tête. Il ne prend pas le temps d'écouter Comet, recrue inexpérimentée, qui a appris que son premier vol spatial était annulé. Déçu, le jeune singe s'introduit dans le cockpit de la fusée et initie le décollage par inadvertance ! Sur Terre, un danger menace Ham et son équipe : le méchant Zartog a réussi à se libérer et s'est introduit dans la base...

 

Les Chimpanzés de l'espace 2, de John H. Williams, 1h15 (animation) 

 

 

 

 

 

 

Après La Prophétie des Grenouilles et Mia et le Migou, le studio Folimage présente un polar animé qui met en scène Dino, un chat intrépide.

Dino est un chat qui mène une double vie. La journée, il se blottit contre Zoé, une fillette devenue muette à la mort de son père. Le soir, il rejoint Nico, voleur de bijoux, et l'accompagne dans ses virées sur les toits de Paris. Jeanne, la mère de Zoé, commissaire de police, enquête sur les larcins commis par Nico, sans savoir qu'il habite tout près. Mais elle est aussi occupée à traquer l'assassin de son mari, Victor Costa, qui prépare un mauvais coup. Intriguée par les escapades nocturnes de son animal de compagnie, la petite Zoé décide de le suivre. En chemin elle surprend Costa en train de comploter avec sa bande. Le truand kidnappe la petite, devenue un témoin gênant... Avec son intrigue de polar, ce film d'animation français, enlevé par une musique trépidante, happe le spectateur.

 

Une vie de chat, de Alain Gagnol et Jean-Loup Felicioli, 1h10 (animation)

 

 

Le prince Caspian et ses jeunes amis voguent vers de nouvelles aventures sur un galion. L'occasion de rencontrer de nouvelles créatures fantastiques.

Edmund et Lucy Pevensie, accompagnés de leur détestable cousin Eustache, plongent à travers un intrigant tableau et atterrissent sur le pont d'un magnifique bateau, le Passeur d'Aurore. A bord, ils retrouvent leurs amis le prince Caspian et la souris guerrière Ripitchip. Ensemble, les courageux voyageurs embarquent vers des îles mystérieuses. Affrontant des créatures magiques et de sinistres ennemis, ils seront également amenés à retrouver leur ami le grand lion Aslan. Après un deuxième épisode, Le Prince Caspian, plus introspectif, on revient cette fois à un univers plus coloré et "heroic fantasy", avec une dimension onirique.

 

Le Monde de Narnia "L'Odyssée du Passeur d'Aurore", de Michael Apted, 1h55 (aventure/fantastique)

 

 

  Source : les cinémas GAUMONT PATHE n°187 / décembre 2010.

 

Repost 0
24 décembre 2010 5 24 /12 /décembre /2010 12:07

Le saïga, seule antilope eurasiatique, occupait autrefois les mêmes régions montagneuses que les chamois.

On ne le trouve plus guère que dans les steppes sèches et les déserts semi-arides de l'Asie centrale. Cet animal est reconnaissable à son nez très arqué descendant sur la bouche et donnant l'aspect d'une trompe. Saïga est un mot russe qui veut dire « antilope ».

La longueur du corps du saïga est de 108 à 146 cm. Celle de ses cornes est d'environ 30 cm.

La hauteur au garrot peut aller jusqu'à 80 cm et le poids d'un saïga adulte est de 21 à 51 kg.

Les cornes, relativement droites en vue latérale, dessinent un léger S en vue frontale ; elles sont annelées. Seul le mâle en est pourvu. La fourrure est blond roux à miel à la belle saison, blanche en hiver.

La maturité sexuelle est atteinte à 8 mois pour les femelles et à 20 mois pour les mâles. La durée de la période d'accouplement est très courte : 2 semaines tout juste. La période de gestation dure 140 jours et le nombre de jeunes par portée est de 2 petits naissant au mois de mai environ.

La femelle peut mettre bas une fois par an.

On détermine l'âge d'un mâle à la taille de ses cornes, 7 à 10 cm à 1 an, puis la courbe commence vers 2 ans.

La vitesse de pointe est d'environ 70 km/h (record 80 km/h).

Originaire de d'Asie Centrale, le saïga est un survivant de l'ère glaciaire, pendant laquelle il a dû traverser le détroit de Béring pour se rendre en Amérique. Depuis environ 10 000 ans, il a disparu de l'Amérique et il vit dans les steppes arides d'Asie centrale (Russie, Kazakhstan, Mongolie, etc).

Il existe deux sous espèces :

La sous-espèce la plus abondante, encore qu'en très forte régression, est Saiga tatarica tatarica. Elle compte environs 50 000 individus, vivant dans 4 régions : la Kalmoukie, une république de la Fédération de Russie, ainsi que trois isolats du Kazakhstan.

La sous-espèce la plus menacée est la Saiga tatarica mongolica, dont 750 individus vivent encore dans deux petites régions de Mongolie.

Le saïga est en danger critique d'extinction. La population de saïga est en effondrement rapide du fait du braconnage et de la destruction de son habitat. Elle comptait près de 2 millions d'individus dans les années 1950, avant de se réduire aux quelque 50 000 animaux actuels.

Le saïga est un herbivore se nourrissant principalement d'herbes salifères. Il lui arrive de manger quelques espèces de graminées (ou Poacées) que l'on retrouve dans les steppes d'Asie Centrale, des euphorbes, des alyssum, des plantes de la famille de la rhubarbe, etc. Les saïgas consomment aussi des Artemisia dont la principale vertu est antiparasitaire. L'absence de cette plante dans les zoos d'Europe est néfaste aux saïgas qui ne s'y reproduisent pas ou peu et survivent difficilement.

Ses principaux prédateurs sont l'homme, qui le chasse pour les cornes des mâles aux vertus « identiques à celles de la corne de rhinocéros », ces dernières se vendant près de 100 €/kg au marché noir chinois, et plusieurs autres carnivores des steppes arides d'Asie Centrale, notamment les loups capables de tuer un saïga adulte.

Cet animal est un indicateur de climat froid et sec. Les études paléoécologiques ont montré que cet animal semblait inféodé aux paysages aux reliefs doux et peu accidentés (petites collines).

L'antilope saïga fut un gibier pour les chasseurs magdaléniens au même titre que le renne ou le bouquetin.

Certains sites préhistoriques attestent même, par la quantité de restes osseux de saïga, de pratiques de chasses orientées vers cet animal (Roc-de-Marcamps et Moulin Neuf en Gironde, la Chaire-à-Calvin en Charente).

Repost 0
24 décembre 2010 5 24 /12 /décembre /2010 11:57

C'est la plus grande des outardes et probablement un des plus gros oiseaux volants. L'outarde barbue est également appelée grande outarde.

Mâles et femelles sont différents. Le mâle porte un dessus roussâtre barré de noir. La tête et le cou sont gris. De grandes plumes blanches, raides, semblables à des poils, ornent les deux côtés du bec. Une large bande pectorale rousse surmonte le ventre blanc. Les ailes, en partie blanches et grises, sont terminées par des extrémités noires. Le dessous de la queue est blanc et noir, le dessus roux barré de noir dans la continuité du dos.

Peu loquace, l'outarde barbue émet parfois des glapissements graves.

Elle fréquente les steppes et les champs, les espaces herbeux sans arbres où elle peut voir très loin, les zones ouvertes ou les espaces dégagés dans les régions assez sèches et soumises à de fortes températures en été. Le climat doit être clément et les précipitations de neige peu fréquentes en hiver.
Elle est sédentaire et ne se déplace qu'en cas d'hiver rigoureux. Son instinct grégaire la pousse à former de grosses troupes en hiver. La parade nuptiale du mâle est particulièrement impressionnante et spectaculaire : il ébouriffe son plumage, gonfle une poche gulaire tout en écartant les ailes. Enfin, il piétine sur place en lançant des aboiements graves. En Europe, c'est une espèce menacée par l'industrialisation de l'agriculture, l'usage des pesticides, le dérangement et la réduction de son espace d'habitat. En vol, la grande outarde ressemble, à distance, à une oie. Elle vole avec la tête et le cou étendus en avant, et ses battements d'ailes sont vigoureux. Toutefois, à l'inverse d'une oie, ses ailes sont larges et nettement rectangulaires.
Ce très gros oiseau marcheur vole cependant avec aisance.

La femelle fait un nid très simple, soit en écrasant les herbes, soit en grattant une petite dépression dans le sol. Elle pond deux ou trois oeufs, gris pâle ou vert tacheté de brun et de gris. Ces derniers sont couvés par la femelle seule jusqu'à l'éclosion, qui survient au bout de 25 à 28 jours. Les poussins sont nidifuges, c'est à dire qu'ils sont capables de quitter le nid peu de temps après la naissance, mais doivent être nourris par les parents. Ils courent au sol peu après l'éclosion, dès que leur plumage est sec. La femelle nourrit chaque poussin avec des insectes et leur donne progressivement des plantes. A cinq semaines, les jeunes savent voler, mais ne sont indépendants qu'à un an environ.
Elle est omnivore. La partie végétarienne de son menu est composée de feuilles, pousses, rhizomes, bulbes et baies. En ce qui concerne la partie carnée, on note principalement des insectes, des vers de terres, des mollusques, des lézards et des micromammifères tels que les campagnols. La grande outarde mange durant la journée. Elle se tient alors en petit groupe, déambulant à la recherche de nourriture tout en restant vigilante au moindre danger.

En forte régression, elle a même disparu dans quelques zones de l'UE. Les problèmes principaux sont la disparition et la perte de qualité de son habitat naturel par suite au développement urbain et agricole; principalement, la monoculture céréalière, la mécanisation agricole, l'usage massif d'herbicides et la transformation en zones d'irrigation. Aussi menacée ponctuellement par la chasse et les collisions contre les lignes électriques.

 

Source : http://www.oiseaux.net/oiseaux/outarde.barbue.html

Repost 0
24 décembre 2010 5 24 /12 /décembre /2010 11:54

Le fennec est un animal mammifère qui ressemble à un renard avec de très grandes oreilles et il habite le désert. On l'a aussi baptisé "renard des sables". Il tient aussi du chien puisqu'il jappe.

Sa fourrure est de couleur claire et il se fusionne à la couleur du sable. Avec ses grandes oreilles il capte le moindre bruit même éloigné.

Son nez est pointu et sa queue longue et fournie. Il s'en sert pour se couvrir la nuit et se protéger du froid.

C'est un mammifère omnivore qui chasse la nuit les souris, les oiseaux, les lézards et des insectes. Le fennec mange aussi des fruits et autres végétaux.
 

A l'âge de un an le fennec est sexuellement mature. Une portée se compose de 2 à 5 petits bébés et la gestation dure environ 50 jours. Le petit est nourri par sa mère pendant 2 semaines, ensuite il se tire d'affaire seul.

Les ennemis des fennecs sont les hommes. Beaucoup d'entre eux en font des animaux de compagnie, mais sa constitution est faite pour vivre dans le désert et ne s'accommode pas d'un autre environnement donc il en meurt souvent.

A l'état sauvage la durée de vie du fennec est de 10 ans.

Source : http://www.bestioles.ca/mammiferes/fennec.html.

Repost 0
24 décembre 2010 5 24 /12 /décembre /2010 11:49

L'Oryx est un animal ruminant aussi appelé Orynx, il fait partie de la famille des gazelles quoiqu'on la considère souvent comme une antilope.

Son corps mesure de 1.60 à 2.30 mètres et son poids de 200 à 225 kg.

 

Il porte des cornes très droites mesurant 80 cm. Pointues comme des épées, les cornes transpercent facilement ses attaquants.

Son poil est d'un fauve très clair, le haut de la croupe, le haut des membres et son postérieur est très foncé.

La reproduction de l'oryx se fait toute l'année. La gestation dure de 9 à 10 mois et la femelle donne naissance à un seul petit. La maturité sexuelle arrive vers les 2 ans d'âge.

Bien adapté au désert, la température de son corps peut atteindre 45 degrés Celsius. Il se nourrit de melons de racines et de tubercules qui lui apportent son besoin en eau.

Les mâles vivent entre eux et les femelles et les petits de leur côté. Dépendant des ressources alimentaires, cet animal est nomade.

Les prédateurs de l'oryx sont les hyènes, les lycaons, les léopards et les lions.

Il ne reste qu'une trentaine d'individus à l'état sauvage, les chasseurs les ayant pratiquement exterminés. L'espèce est au bord de l'extinction.

La durée de vie d'un oryx est de 15 ans.

 

Source : http://www.bestioles.ca/mammiferes/oryx.html.

Repost 0

INTERNATIONAL

  

English English español Italiano deutsch العربية

A La Chasse Aux Articles

A PROPOS

about1.png

about2

RUBRIQUES

rubactualite

rubanimauxaz

rubanimauxcelebres

rubagir

rubcoinartiste

rubcotedetente

rubevenements

rubhumouretvideos

rublescoulissesdeblog

rubmetiers

rubphotos

rubretro

rubsciences

rubselectiondesitesweb

rubsoccuperanimal

rubanimauxnationaux

BONUS

rubgrandsdossiers

rubliens

D'OU VENEZ-VOUS ?

Map

POUR PLUS DE CONFORT

Besoin de modifier la taille du texte ?

CTRL + pour l'augmenter
CTRL - pour la diminuer
 

MUSIQUE SAUVAGE